1. PASSEZ À LA CONFÉDÉRATION

Depuis très longtemps, nous offrons un large éventail de services aux membres qui souhaitent se numériser. Il est organisé grâce à une coopération étroite entre la Confédération Construction Wallonne, les confédérations locales, le CSTC et l’AdN (l’Agence du Numérique). Il ne s’agit pas seulement de formations, mais aussi de séances d’information, de visites d’entreprises, de publications écrites pour vous guider dans la numérisation (par exemple le Start Kit 4.0), de conseils divers sur la numérisation et les aides financières appropriées, de diagnostics en entreprises et de tests de technologies sur vos chantiers (Build4Wal).

2. UTILISEZ LE SOUTIEN

Il existe différentes aides financières via la Région wallonne. Nous pouvons, par exemple, citer les chèques-entreprises dont certains sont spécifiques à la transformation numérique  (cybersécurité, maturité numérique…).

3. EXAMINEZ COMMENT VOUS TRAVAILLEZ ET CE QUE VOUS FAITES

C’est une évidence : la numérisation n’est pas une fin mais un moyen. Vous pouvez déterminer de quels objectifs il s’agit dans votre cas en examinant sobrement vos processus d’entreprise (la numérisation peut être utile pour tous les aspects du métier : diminuer les coûts, être plus rentable, plus efficace, mieux communiquer…).
Que faites-vous, et comment le faites vous? 
Un digiscore est à votre disposition : https://digiscore.digitalwallonia.be/.
Il s’agit d’un outil de l’Agence du Numérique pour identifier la maturité numérique de votre entreprise.
La Confédération peut vous aider à le compléter.

4. FIXEZ DES PRIORITÉS

De nombreux processus d’entreprise peuvent être numérisés : la gestion du chantier, la gestion des déplacements avec le track & trace, le planning, la facturation, le contrôle des machines dans l’atelier, la gestion des stocks…Il est pratiquement impossible de faire tout cela en même temps, surtout pour les plus petites, mais aussi pour les plus grandes entreprises. Fixez donc des priorités. Celles-ci doivent bien évidemment être réalistes et respecter le budget disponible. Implanter une solution peut être un investissement en temps et argent, mais les bénéfices seront appréciés à court, moyen et long terme.

5. TRAVAILLEZ PAR ÉTAPES, MAIS À PLUS LONG TERME

Une conséquence du quatrième conseil est qu’il est préférable de numériser par étapes, afin de garder une vue d’ensemble et de garder le contrôle. Mais ce faisant, il est utile de penser à plus long terme. Si vous souhaitez numériser différents éléments de l’entreprise, vérifiez s’ils sont liés entre eux et s’ils ont une incidence les uns sur les autres. Les solutions doivent en définitive être compatibles. Il ne sert à rien de prendre des mesures qui rendent les étapes supérieures plus difficiles. Votre entreprise évolue. Vos solutions numériques peuvent-elles évoluer avec elle ?

6. UTILISEZ LES OUTILS GRATUITS

https://www.cstc.be/expertise-soutien/cstc-tools/

Pour toute entreprise, quelle que soit sa taille, la planification des travaux de construction est un aspect fondamental de la gestion des affaires. Le CSTC a développé différents outils gratuits dont, par exemple, le Cpro (calcul des coûts). En effet, il est toujours intéressant de vérifier s’il existe des outils gratuits ou bon marché, afin de pouvoir partager des documents facilement et rapidement. En général, il est intéressant d’examiner les outils et applications gratuits qui existent, en gardant toujours à l’esprit qu’ils n’offrent pas la personnalisation et les fonctionnalités des solutions payantes des fournisseurs spécialisés.

7. NOMMEZ UN CHEF DE PROJET

Le CEO doit montrer une réelle envie de faire les changements. Car sans volonté directrice et désir de s’impliquer, la situation ne changera pas. Et il faut évidemment l’implication des collaborateurs et hommes de terrain pour donner les feedbacks et les besoins réels. Par ailleurs, la numérisation est aussi en soi un processus d’entreprise. Quelqu’un doit en être responsable et veiller à son bon fonctionnement. Il peut s’agir du chef d’entreprise ou de quelqu’un d’autre, un chef de projet. Cette gestion de projet comporte des aspects internes et externes. En interne, les collaborateurs doivent être convaincus et une consultation sera nécessaire. En externe, il y a, entre autres, les relations avec les fournisseurs d’outils et d’applications.Bien évidemment, le chef de projet en question doit être bien préparé. La numérisation nécessite certaines compétences de base. Le chef de projet a donc peut-être besoin de formation et d’assistance. Outre les compétences numériques, le chef de projet doit envisager cette transition sous un aspect humain, et être à l’écoute des collaborateurs qui devront utiliser les nouveaux outils.

8. FORMEZ VOS COLLABORATEURS !

Vos collaborateurs doivent être formés. Heureusement, on peut généralement dire que les outils numériques sont plus conviviaux et complets aujourd’hui qu’il y a dix ans. La formation reste donc nécessaire pour maîtriser tout leur potentiel. N’oubliez pas que la numérisation entraîne souvent une modification des tâches et que vos collaborateurs doivent travailler différemment.

9. CHOISISSEZ LE BON FOURNISSEUR

Ne vous précipitez pas dans une aventure avec n’importe qui. Faites une étude de marché et prenez votre temps. Au final, vous voulez un outil efficace à un prix acceptable, avec un fournisseur qui peut garantir un entretien et des mises à jour sur le long terme. Des questions sur les outils, les aides (attention elles ne sont pas forcément rétroactives), les fournisseurs ? N’hésitez pas à faire appel à nous avant de vous engager !

10.TENEZ COMPTE DE VOTRE RÉSEAU !

Gérer sa propre entreprise est essentiel pour toute société. Mais les entreprises de construction ne sont pas des îles. Elles font partie d’un réseau de clients, de maîtres d’ouvrage, de fabricants, de fournisseurs et de sous-traitants. Il est bon de vérifier comment ils s’y prennent avec la numérisation. Pour donner un exemple : Vicky Dethier, cheffe d’entreprise de l’un de nos membres, a récemment déclaré : « Nous travaillons désormais presqu’entièrement en BIM. Mais maintenant, nous sommes confrontés à un blocage avec nos sous-traitants, car ils ne suivent pas tous cette méthode de travail.» Une vague de numérisation déferle sur le secteur de la construction au sens large du terme. Il sera de plus en plus difficile pour de nombreux entrepreneurs de s’en isoler. Vous auriez donc tout intérêt à suivre la tendance. Si ce n’est pas pour maintenant, alors ce sera pour demain !

Et enfin encore un dernier conseil…

11. VENEZ AU SALON DIGITAL CONSTRUCTION BRUSSELS LE 11 OCTOBRE 2022 !

Ce salon est le point de départ idéal pour les entrepreneurs qui souhaitent se lancer et établir les premiers contacts avec les fournisseurs, écouter des orateurs qui pourront vous conseiller. Ceux qui sont déjà occupés à numériser peuvent élargir leur vision, découvrir de nouveaux outils et applications, et s’inspirer de nouvelles initiatives.

INFO : melanie.leonard@ccw.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *