Digital Construction World

La numérisation est essentielle pour les entrepreneurs qui veulent se professionnaliser, et la Confédération Construction doit les préparer à ce nouveau défi.

Confédération Construction – De la collaboration à distance aux capteurs intelligents

Au mois d’avril dernier, la Confédération a organisé un webinaire, en collaboration avec le spécialiste des télécommunications Orange Belgique, sur le sens et les avantages de la digitalisation dans le secteur de la construction. Orange Belgique a également publié une étude à ce sujet. Dans différents domaines d’application, l’accent a été mis sur la présence d’applications digitales et la communication sur les chantiers.

Selon Orange Belgique, le secteur belge de la construction se lance pleinement dans le train de la transformation digitale. Non pas parce que la digitalisation serait à la mode, mais parce que c’est la transition vers le futur. Il ne s’agit pas d’un ordinateur pour l’administration, mais d’applications plus larges, de préférence interconnectées. Afin de vraiment profiter des avantages de la digitalisation, il ne suffit pas d’installer une application ou un outil à divers endroits.

En effet, les spécialistes des télécommunications soulignent que les solutions innovantes telles que la 5G, le BIM et l’Internet of Things (IoT) réduisent les coûts et augmentent l’efficacité. Avec la digitalisation, nous pouvons espérer offrir aux entreprises un avantage stratégique et une longueur d’avance. C’est sans doute le point de vue d’un fournisseur commercial, néanmoins, il est clair que ne pas digitaliser sera un inconvénient stratégique à court terme.

Niko Demeester, le directeur général de la Confédération Construction, souligne que le secteur belge de la construction est à la traîne, en matière de digitalisation, par rapport aux pays voisins. « Les solutions digitales de la Confédération fonctionnent facilement et le CSTC a déjà développé de nombreuses solutions adaptées au secteur de la construction. » Le secteur belge de la construction étant resté longtemps conservateur, la transformation digitale s’accélère désormais et cela signifie que la construction évolue rapidement vers un secteur high-tech.

Sur le plan technique et organisationnel, la digitalisation dans la construction est plus difficile que dans d’autres secteurs : l’augmentation du nombre de chantiers, les nombreux sous-traitants et la législation complexe ne facilitent pas une solution tout-en-un. Par conséquent, de nombreuses entreprises de construction poursuivent leurs processus opérationnels de base avec un stylo et du papier. Les collaborateurs des entreprises de construction sont souvent à la traîne par rapport à ceux des autres secteurs : ils sont répartis à différents endroits et, dans de nombreux cas, n’ont qu’un accès limité aux moyens de communication.

La situation doit évoluer. De nouveaux outils et innovations techniques aident les entreprises à travailler de manière plus sûre, plus efficace et plus intelligente et à relever des défis majeurs. Ces défis comprennent une concurrence féroce, des retards fréquents et des dépassements de budget. Ces problèmes ne facilitent pas la maîtrise des coûts et la mise en œuvre d’une planification de projet intelligente.

« La digitalisation est essentielle pour les entrepreneurs qui veulent se professionnaliser et nous devons les préparer à cela », indique Véronique Vanderbruggen, directrice des relations publiques à la Confédération Construction. « Outre le BIM, le changement le plus important que je constate est la « pensée lean » : s’organiser davantage à l’avance et moins improviser sur le chantier. Beaucoup plus de simulations de ce qui peut se passer sur le chantier grâce aux analyses et à la mise en relation des données disponibles. En exécutant le processus de construction de cette manière, les entreprises offrent non seulement un travail de meilleure qualité et plus sûr, mais elles augmentent également leur productivité. »

La digitalisation entraîne une baisse des coûts opérationnels et un avantage concurrentiel structurel. Cela aide à gagner des appels d’offres, car les grands projets de construction exigent de plus en plus que tous les sous-traitants, y compris les plus petits, travaillent de manière digitale. Les entreprises digitalisées attirent également plus facilement des collaborateurs dynamiques, car ils préfèrent travailler dans un environnement ouvert à l’innovation

Réticence

La construction est un secteur conservateur, non seulement en Belgique, mais aussi dans le monde entier. Moins de 1 % du chiffre d’affaires va aux investissements dans les technologies de l’information. Les raisons de cette réticence aux applications digitales sont diverses. Souvent, différentes parties sont impliquées dans un projet de construction. Il n’est donc pas évident de mettre tout le monde sur la même longueur d’onde dans la direction digitale. Les chantiers situés à différents endroits rendent également difficile l’intégration de nouveaux processus. En outre, le secteur ne dispose généralement que de budgets limités pour les investissements IT.

BIM

La caractéristique de cette évolution est la percée du BIM (Building Information Modeling). Avec le BIM, toutes les parties d’une bouwteam sont connectées via un modèle 3D digital, dans lequel l’architecte, les entrepreneurs, les sous-traitants, les installateurs, les bureaux d’études et les finisseurs apportent leur contribution et travaillent ensemble.

Le BIM a démarré grâce à de grands projets tels que le nouvel hôpital Sint-Maarten à Malines. Sur ce chantier, tous les sous-traitants étaient obligés de travailler avec le BIM. Pour certains d’entre eux, c’était une première. Entretemps, les plus grands entrepreneurs travaillent désormais avec le BIM (et d’autres applications numériques) depuis des années. Cependant, un jour, chaque entreprise de construction devra y faire face. Par exemple, l’enregistrement des présences se fait déjà via Checkinatwork et quiconque souhaite travailler pour le gouvernement doit s’approprier le e-guichet, le e-procurement et les facturations électroniques.

Cloud

Pour pouvoir travailler de manière efficace sur un chantier de construction, les collaborateurs ont besoin non seulement d’un accès réseau performant sécurisé, mais également d’un appareil mobile bien géré. Avec les outils basés sur le cloud, les collaborateurs peuvent facilement se connecter aux applications de l’entreprise n’importe où, selon Orange Belgique.

Une solution consiste à connecter les travailleurs mobiles à leur fournisseur de cloud via le VPN sécurisé (réseau privé virtuel) de leur entreprise. Avec un VPN, ils peuvent se connecter au réseau de l’entreprise de manière sécurisée et transférer des données. De plus, ils peuvent introduire immédiatement les données dans la bonne application (CRM, ERP, …). Ces données sont transmises en temps réel. Les travailleurs peuvent donc immédiatement passer aux étapes suivantes. Ils n’ont également besoin d’introduire leurs données qu’une seule fois dans une seule application. Il n’y a donc pas de contrainte administrative en fin de journée. De plus, le risque de mal introduire est considérablement réduit. Avec une carte SIM de données uniquement, les tablettes peuvent accéder facilement aux applications basées sur le cloud.

Mobile Device Management

Les collaborateurs utilisent leur téléphone portable non seulement pour les conversations, mais aussi pour consulter les conceptions de projets de construction, les tâches qui leur sont assignées et télécharger des rapports de chantier, y compris des photos de haute résolution. La sécurité et la gestion des téléphones portables doivent être totalement à jour. Une bonne politique sur les appareils mobiles est donc indispensable. Même si votre entreprise ne compte que quelques travailleurs, vous pouvez améliorer leur collaboration et le flux d’informations de nombreuses manières pragmatiques.

Avec une solution de « Mobile Device Management » (MDM) sur tous les appareils connectés, vous pouvez gérer de manière centralisée l’accès des travailleurs (individuels) à vos applications. Il existe de nombreuses applications spécialisées sur le marché qui améliorent votre fonctionnement quotidien et peuvent également être utilisées par les petites entreprises. De nombreuses applications de ce type sont basées sur le cloud et ne nécessitent qu’une simple connexion Internet. A titre d’exemple, il y a Coyote, une application qui aide les travailleurs sur leurs trajets, et Aproplan pour suivre les projets de construction.

Avec un hotspot WiFi sur chantier, les travailleurs peuvent facilement accéder à internet lorsqu’ils souhaitent consulter une application spécifique ou surfer pendant une pause. Ils utilisent également leur téléphone portable à des fins privées. Une solution de « Mobile Device Management » permet de limiter cela à un niveau souhaité.

Router

En plus d’une bonne solution pour le travail mobile, une connexion internet fixe est toujours recommandée sur les grands chantiers de construction. Les appareils mobiles ne sont pas les mieux adaptés pour consulter des plans élaborés ou gérer des tâches administratives plus complexes. Malheureusement, équiper une cabane de chantier d’une connexion internet performante n’est pas de tout repos. Il faut souvent des semaines pour obtenir une ligne internet fixe sur le chantier, un temps qui coûte cher pour une entreprise de construction. Un routeur qui se connecte au réseau mobile peut dès lors être une bonne alternative. Les responsables du site connectent leur ordinateur portable au routeur et peuvent travailler dans les mêmes conditions qu’à leur siège social.

Orange Belgique voit de nombreuses nouvelles applications pour les entreprises de construction avec le déploiement du réseau 5G, comme l’utilisation de lunettes « intelligentes » et la consultation de modèles 3D BIM sur les chantiers.

Internet of Things

L’Internet of Things (IoT) a une long historique lié au secteur de la construction. De nombreuses entreprises de construction travaillent avec des solutions de track & trace pour surveiller l’emplacement de leur flotte ou utilisent des cartes SIM de données uniquement pour la surveillance par caméra. Ces applications ont intégré une carte SIM qui permet aux appareils de transmettre leur localisation ou des données vidéo. La même application permet aux entrepreneurs de savoir à tout moment où se trouvent les machines et à quelle fréquence elles sont inactives.

Des capteurs intelligents installés dans des matériaux de construction permettent, par exemple, de mesurer à distance si le béton coulé est déjà suffisamment sûr et de vérifier si les éléments préfabriqués ont été livrés au bon endroit.

Savoir plus:

Studie Orange Belgium: https://business.orange.be/nl/discover/bouw-met-orange-aan-uw-digitale-toekomst

Webinar Orange Belgium-Confederatie Bouw: https://business.orange.be/en/content/how-digital-tools-can-make-bridge-between-site-and-office

Interview met Bart Ingelaere, adjunct-directeur-generaal van het WTCB, over de voordelen van een doorgedreven digitalisering in de bouwsector: www.bit.ly/interviewconstructionNL

« Digitalisering is essentieel om het concurrentievermogen van een bouwonderneming te verhogen »